La musique en Islam

L'Unicité At-Tawhid
Le mariage en Islam

La cigarette en Islam

Accueil

Grands Péchés Islam

Le quarante-quatrième grand péché : LE FAIT DE DESSINER SUR DES VÊTEMENTS, OU SUR DES MURS OU SUR D'AUTRES SUPPORTS


Le Prophète a dit :

«Celui qui représente une image sera contraint d'insuffler l'esprit en elle le Jour du jugement sans pouvoir y parvenir.»
[Hadith rapporté par al-Boukhâri (n°5963) et Mouslim (n°2110)]

Le Prophète a aussi dit :

«Ceux qui recevront le châtiment le plus douloureux le Jour du jugement sont ceux qui représentent des images. Il leur sera dit "Faites vivre ce que vous avez créé."»
[Hadith rapporté par al-Boukhâri (n°5950) et Mouslim (n°2109)]

3Aisha Radia ALLAH 3Anhoa a dit : «J'avais recouvert une banquette (sahwa) d'un tissu fin (qirâm) sur lequel il y avait des représentations figurées pendant que l'Envoyé d'ALLAH était en voyage. Quand il arriva et les vit, il changea de couleur. Il me dit : "Ceux qui recevront le châtiment le plus douloureux de la part d'ALLAH sont ceux qui imitent Sa création"»
[Hadith rapporté par al-Boukhâri (n°5954) et Mouslim (n°2107)]

Le hadith suivant est rapporté dans les recueils de hadiths dits << Sounan >> avec une chaîne de transmission fiable. "Il surgira de l'Enfer une flamme de feu qui dira : "J'ai été chargée de brûler toute personne qui a invoqué avec ALLAH une autre divinité, tout tyran rebelle et ceux qui représentent des images."
[Hadith rapporté par At-Tirmidhi (n°2577) et il est qualifié d'authentique par le sheikh el-Albani. INCHA ALLAH voir "Sahih el-Djami3" (n°8051)]

Le Prophète a aussi dit :

«Ceux qui fabriquent ces images seront chatiés le Jour de la résurrection. On leur dira : "Faites vivre ce que vous avez créé."»
[Hadith rapporté par al-Boukhâri (n°4951) et Mouslim (n°2018)]

Ibn Abbas Radia ALLAH 3Anhoe a dit : «J'ai entendu l'Envoyé d'ALLAH dire : "Tous ceux qui représentent des images iront en Enfer. ALLAH transformera les êtres représentés en des êtres vivants qui les châtiront dans la Géhenne.»
[Hadith rapporté par al-Boukhâri (n°2225) et Mouslim (n°2110)]

Le Prophète a dit :

«Ceux qui fabriquent ces images seront chatiés le Jour de la résurrection. On leur dira : "Faites vivre ce que vous avez créé."»
[Hadith rapporté par al-Boukhâri (n°4951) et Mouslim (n°2018)]

Le Prophète a dit :

«ALLAH (LE TOUT PUISSANT et LE MAJESTUEUX PAR EXCELLENCE) a dit : "Qui est plus injuste que celui qui imite Ma création ? Qu'il crée une graine, qu'il crée un grain d'orge ou qu'il crée une fourmi !»
[Hadith rapporté par al-Boukhâri (n°5953) et Mouslim (n°2111)]

Il est en outre rapporté authentiquement que le Prophète saws a maudit ceux qui représentent des images.



Le sheikh El-3Outhaymine (RahimahouLAHI) a dit :

(INCHA ALLAH voir son livre «L'explication du recueil "Riyad Es-Salihin". Chapitre 305 : L'interdiction de représenter un animal.»)

Trois cas sont envisagés concernant les représentations figurées :

- Il y a le cas dont l'interdiction fait l'unanimité des savants, à savoir la sculpture du corps d'un homme ou d'un animal en bois ou en pierre ou leur modelage à l'aide de la terre glaise ou du plâtre. L'auteur de cette oeuvre est maudit par la parole du Prophète saws. Le Jour du jugement, il sera châtié et il lui sera demandé "fais vivre ce que tu as créé".

Selon Ibn Abbas Radia ALLAH 3Anhoe rapporte que l'Envoyé d'ALLAH a dit : «Tous ceux qut représentent des images iront dans le Feu». Ibn abbas Radia ALLAH 3Anhoe ajouta : «Si tu tiens absolument à représenter une image, que ce soit celle d'un arbre ou d'un être qui ne soit pas doté d'une âme.»

- Deuxième cas : La représentation de ce qui ne comporte pas d'âme comme les arbres, le soleil, la lune, les étoiles, les rivières, les montagnes, est permise. Certains savants, notamment Moudjahid, qui est l'un des pieux successeurs des Compagnons, soutiennent cependant qu'il n'est pas permis de représenter tout être qui subit un processus de croissance même s'il n'est pas doté d'une âme. Ils ont argué en ce sens ce hadith authentique où le Prophète saws rapporte qu'ALLAH 3AZAWADJEL a dit : «Qu'il crée une graine, qu'il crée un grain d'orge ou qu'il crée une fourmi !», mais la plupart des savants (djoumhour) soutiennent qu'il n'y a pas de mal à représenter une créature qui ne possède pas une âme, que ce soit celle qui subit un processus de croissance comme les arbres ou celle qui ne subit pas ce processus comme le soleil, la mer, la lune, les rivières etc...

- Troisième cas : Représenter des images figurées sur une surface plate au crayon ou au pinceau fait l'objet de divergence entre les savants. Il y a ceux qui soutiennent que c'est permis. Ils se sont fondés sur un hadith rapporté par al Boukhârî dans lequel Zayd ben Khâlld (qui est un pieux successeur - tabi3i - et non un Compagnon) a précisé que le Prophète a excepté les représentations figurées brodées sur un tissu. Ils ont alors dit que le fait de dessiner un être doté d'une âme ou de broder une représentation figurée ne constitue pas une imitation de la création d'ALLAH SOUBHANOU WA TA3ALA, car ce qu'ALLAH SOUBHANOU WA TA3ALA créé est un corps en relief. Mais la plupart des savants soutiennent que ce n'est pas permis et c'est cet avis le plus pertinent. En effet, il n'est pas permis de sculpter, ni de broder, ni de dessiner un être doté d'une âme.

Il existe aujourd'hui ce qu'on appelle la photographie, chose qui n'existait pas à l'époque du Prophète , mais est-ce qu'elle est frappée par l'interdiction énoncée dans les hadiths précités ou non ? Si on médite ces hadiths, on constate que la photographie n'est pas concernée par ces textes, car en réalité le photographe ne dessine rien, tout ce qu'il fait c'est émettre avec son appareil une lumière intense sur la chose qui est devant lui et saisit l'image en un clin d'oeil, il n'a fait par cette manipulation qu'imprimer l'image d'une créature d'ALLAH 3AZAWADJEL sur sa pellicule, tandis que le peintre prend son temps pour dessiner les yeux, le nez, les oreilles etc...

Pour éclaircir ce point, usons de l'exemple suivant : Lorsqu'un homme envoie une lettre à quelqu'un et que celui-ci l'introduit dans une photocopieuse et en tire une copie, est-ce qu'on peut considérer que c'est le destinataire qui a écrit les lettres et les mots qui se trouvent dans cette copie ? Bien sûr que non, puisqu'il n'a fait qu'actionner la machine qui, d'ailleurs, peut être mise en marche même par un analphabète ou un aveugle. Quiconque médite ces textes et médite la sagesse sous-jacente, constate qu'ils visent celui qui imite ALLAH 3AZAWADJEL dans Sa création et non un simple photographe.

Maintenant que nous avons compris qu'en photographiant un être doté d'une âme, nous ne le représentons pas, il reste à examiner la raison qui a poussé le photographe à prendre la photo d'un être doté d'une âme, car les actes licites changent de qualification légale en fonction du but de leur accomplissement. S1 par exemple un homme veut effectuer un voyage au cours du mois de ramadan dans le but de jouir de la licence religieuse qui dispense le voyageur du jeûne, il lui est interdit d'effectuer ce voyage même si le voyage est à la base licite. Si un homme veut acheter un fusil pour tuer un musulman ou lui prendre ses biens, le contrat de vente qu'il conclura avec le vendeur dans cette intention est illicite même si la vente est à la base licite.

La même règle s'applique au photographe. Il faut comprendre la raison qui l'a poussé à prendre en photo telle personne. S'il photographe une femme qui n'est pas son épouse pour la garder dans son portefeuille ou dans un album pour la dévorer du regard le temps qu'il veut, il ne fait l'ombre d'aucun doute que c'est interdit, de même s'il prend en photo des gens influents comme les sultans, les émirs ou les savants et accroche leur portrait sur les murs de sa maison en guise de vénération, ou prend en photo des dévots pendant qu'ils rendent culte à ALLAH L'UNIQUE afin d'en tirer bénédiction. Il est également interdit de prendre des photos pour les garder comme souvenirs, car c'est une perte de temps et il ne sert à rien de garder la photo de quelqu'un pour se rappeler de lui à un moment ou à un autre, surtout si cette personne est décédée, car cela renouvelle les chagrins et on risque avec le temps de concevoir une croyance qui relève de l'associationnisme. S'il n'y a aucune raison qui justifie de conserver les photos d'un défunt chez soi comme le fait de craindre que les services administratifs de l'état ne les réclament pour compléter un dossier de pension ou de retraite, il vaut mieux les brûler.

Si l'intention est bonne comme le fait de prendre en photo quelqu'un pour établir son identité ou pour prouver à une autorité supérieure qu'on a bien accompli un travail déterminé, cela est permis. Il en est de même si on voit des sinistrés de guerre ou des gens affamés que l'on veut montrer aux gens pour qu'ils compatissent à leur souffrance et leur fournissent des aides et un soutien psychologique, il est permis de les prendre en photo.

Ce qu'il faut comprendre de tout cela, c'est que la représentation d'une image figurée, que ce soit par la sculpture ou le dessin est illicite comme il faut comprendre qu'en prenant en photo un être doté d'une âme, on ne le dessine pas et on ne le peint pas.

C'est ainsi qu'il faut raisonner quand on est en présence d'un cas analogue. IL faut d'abord méditer le sens du texte de révélation qui s'y rapporte, ensuite le statut ou la qualification juridique - houkm - qu'implique ce texte. Or, après méditation, nous constatons qu'en prenant en photo une chose, nous ne la représentons pas et nous ne la façonnons pas et donc la photographie n'est pas concernée par l'interdiction formulée dans les textes scripturaires ci-dessus et elle n'est pas passible de la damnation d'ALLAH 3AZAWADJEL, elle est licite. Ensuite il faut voir dans quel but la photo a été prise. Si le but est louable, alors cet acte est licite, si le but est blâmable, alors cet acte est illicite.

Tous les hadiths ci-dessus prouvent que la représentation d'une image figurée est un péché majeur, car des menaces terribles ont été formulées dans ces textes contre l'auteur de cette oeuvre : Ils le vouent à la damnation d'ALLAH LE TRÈS HAUT qui consiste en sa privation de la Miséricorde Divine et il sera contraint le Jour du jugement d'insuffler l'esprit vital à ces images, et puisqu'il ne pourra jamais y parvenir, son châtiment ne cessera jamais, à moins qu'ALLAH 3AZAWADJEL en décide autrement. Il ressort de ces hadiths que ceux qui représentent ces images sont les gens les plus injustes. Le Prophète rapporte dans un hadith qu'ALLAH 3AZAWADJEL a dit : «Qui est plus injuste que celui qui lmlte Ma création ?», c'est-à-dire que personne n'est plus injuste que ces gens-là.

ALLAH LE TOUT PUISSANT a ensuite dit : «Qu'il crée une graine, qu'il crée un grain d'orge ou qu'il crée une fourmi !»Cela veut dire que s'il veut sincèrement imiter ALLAH LE CRÉTEUR PAR EXCELLENCE dans Sa création, il n'a qu'à créer un grain d'orge. Or si tous les habitants de la terre et les habitants du ciel se réunissent pour créer un grain d'orge, ils ne pourront jamais le faire. ALLAH LE CRÉTEUR PAR EXCELLENCE n'a cité la graine et la fourmi que parce qu'elles sont les exemples les plus représentatifs de la petitesse et donc si on est incapable de créer ces petites créatures, à fortiori on ne peut pas créer de plus grandes créatures.

La représentation des êtres dotés d'une âme est donc un acte interdit par la religion. Il est également interdit de décorer sa maison avec des représentations figurées, car les anges n'entrent pas dans les maisons où il y a ce genre de représentations ou des chiens, et que pensez-vous d'une maison que les anges ne fréquentent pas ? C'est certainement une maison où le mal est présent.

Les savants exceptent cependant les images dont nous ne pouvons pas nous passer comme celles qui se trouvent sur les billets de banque et les pièces de monnaie. Ce sont ceux qui ont fait cela qui en rendront compte le Jour du jugement et non pas les gens du commun, car qu'est-ce que les gens du commun peuvent-ils faire dans ce cas ? Jeter leur argent par la fenêtre ? D'ailleurs ALLAH SOUBHANOU WA TA3ALA a dit :

« ALLAH n’impose à aucune âme une charge supérieure à sa capacité. [...]»
[Sourate 2, Verset 286]

Les anges ne s'empêchent pas d'entrer dans une maison où il y a des billets de banque ou des pièces de monnaie qui comportent des représentations figurées. Heureusement qu'il n'existe aujourd'hui (chez nous) que des représentations figurées sans relief qui comportent différentes couleurs - quoi que les savants divergent sur le caractère licite des images colorées - car dans le passé il n'y avait que des pièces de monnaie comportant des représentations figurées en relief qui ressemblaient au franc français où était gravée l'image d'un des rois de l'Europe et des oiseaux ainsi que la livre sterling où était gravée un cavalier sur son cheval, et pourtant les savants de l'époque n'avaient pas interdit de les garder chez soi parce qu'on en a besoin. De même la carte d'identité n'empêche pas l'entrée des anges chez soi parce qu'elle fait partie des choses nécessaires et ALLAH SOUBHANOU WA TA3ALA ne nous impose aucune gêne dans notre religion.

- Quatrième cas : Les représentations figurées qui sont sur des objets qu'on manie sans ménagement et qu'on piétine comme les tapis et les coussins n'empêchent pas l'entrée des anges dans la maison, parce qu'elles sont d'après la plupart des savants, licites, mais il vaut mieux veiller à ne pas les avoir chez soi car certains savants soutiennent qu'ils sont illicites. Si par exemple quelqu'un possède une couverture qui comporte l'image d'un lion, nul péché ne lui sera imputé s'il l'utilise en guise de tapis, à condition qu'il piétine cette image.

INCHA ALLAH lire la suite

Grands Péchés Islam