La musique en Islam

L'Unicité At-Tawhid
Le mariage en Islam

La cigarette en Islam

Accueil

Grands Péchés Islam

Le troisième grand péché : LA SORCELLERIE (ES-SIHR)


Le sorcier finit toujours par tomber dans la mécréance. ALLAH (Qu'IL soit exalté) a en effet dit :

«Et c'est bien les diables qui mécruent : Ils enseignent aux gens la sorcellerie[...]»
[Sourate 2, Verset 102].

Or en enseignant à l'homme la sorcellerie, les démons n'ont d'autre but que de le jeter dans l'associationnisme.

ALLAH LE TRÈS HAUT a dit :

«Et ils suivirent ce que les diables racontent contre le règne de Soulayman. Alors que Soulayman n’a jamais été mécréant mais c'est bien les diables qui mécruent : Ils enseignent aux gens la sorcellerie ainsi que ce qui est descendu aux deux anges Hârout et Mârout, à Babylone; mais ceux-ci n’enseignaient rien à personne, qu’ils n’aient dit d’abord: «Nous ne sommes rien qu’une tentation: ne sois pas mécréant» ils apprennent auprès d’eux ce qui sème la désunion entre l’homme et son épouse. Or ils ne sont capables de nuire à personne qu’avec la permission d’ALLAH. Et les gens apprennent ce qui leur nuit et ne leur est pas profitable. Et ils savent, très certainement, que celui qui acquiert [ce pouvoir] n’aura aucune part dans l’au-delà.[...]»
[Sourate 2, Verset 102]

Ainsi constate-t-on qu'à cause de leur égarement, beaucoup de gens s'adonnent à des pratiques de sorcellerie sans se rendre compte qu'elles constituent des actes de mécréance. Ils pensent qu'elles font seulement partie des péchés véniels. Ils engagent dans l'apprentissage de la théorie de l'alchimie puis la pratique alors que c'est de la pure sorcellerie. Ils apprennent aussi comment préparer le sort inhibiteur qui empêche l'homme d'avoir des rapports avec son épouse, le philtre d'amour qui fait aimer la femme aurpès de son mari, du sortilège qui, à l'inverse de ce dernier, suscite de l'hostilité au sein du couple, ainsi que d'autres sorts de ce genre où, lors de leur préparation, sont prononcés des mots incompréhensibles dont la plupart relèvent de l'associationnisme et de l'hérésie.

La sanction légale dont est passible le sorcier est la peine de mort, car nul ne peut pratiquer la sorcellerie sans renier ALLAH ou, dans le meilleur des cas, sans commettre un acte illicite qui risque de le faire tomber dans la mécréance.

Le Prophète a dit : «Évitez les sept péchés destructeurs ...» et il a cité parmi eux la sorcellerie. Que le serviteur craigne donc son SEIGNEUR et ne s'adonne pas à des pratiques qui causeraient sa perte dans ce monde (ad dounia) et dans l'Autre (el akhira).

Badjala ben 'Abda a dit : "Un an avant sa mort, 3Oumar ben el-Khattab (Radia ALLAH 3Anhoe) nous a envoyé le message suivant : La peine de mort à tout sorcier et à toute sorcière".
[Récit rapporté par Ahmed (1/190). Le Sheikh El-Albani le qualifie d'authentique : INCHA ALLAH voir «Sahih Sounan Abi Dawoud» (n°3043)]

Il est rapporté qu'Abou Moussa El-Ash3ari (Radia ALLAH 3Anhoe) tient les propos suivants du Prophète : "Trois types d'individus n'entreront pas au Paradis : Le buveur invétéré, celui qui a rompu les liens avec ses proches parents et celui qui croit en la sorcellerie". L'Imam Ahmed rapporte ce hadith dans son mousnad.
[Hadith rapporté par Ahmed (4/399). Le Sheikh El-Albani le qualifie d'authentique : INCHA ALLAH voir «Sahih et-targhib wat-tarhib" (n°2539)]

Il est rapporté qu'Ibn Mas3oud (Radia ALLAH 3Anhoe) attribue les propos suivants au Prophète : "Les incantations, les amulettes et le philtre d'amour - at-tiwala - relèvent de l'associationnisme."
[Récit rapporté par Ahmed (1/381) et Abou Dawoud (n°3883). Le Sheikh El-Albani le qualifie d'authentique : INCHA ALLAH voir «Sahih Sounan Abi Dawoud»]

La «tiwala» est un sortilège qui fait aimer la femme auprès de son époux. L'amulette «Tamima» est un collier qu'on met pour soit-disant repousser le mauvais oeil. (Exemple : La main de fatma).

Il faut souligner cependant que beaucoup de gens de notre communauté ne connaissent pas la majorité des péchés capitaux. Il n'en connaissent que quelques-uns. Il ne leur est parvenu aucun texte de révélation qui mette en garde contre ces péchés ou profère des menaces terribles contre celui qui les commet. Il faut donc faire la distinction entre cette catégorie de gens et les autres musulmans. Aussi le savant ne doit pas se hâter d'accuser ces gens d'égarés et de grands pécheurs parce qu'ils sont ignorants. Au contraire, il doit agiravec douceur à leur égard et leur apprendre les prescriptions divines, surtout s'il s'agit de ceux qui sombraient dans les ténèbres de l'ignorance. Il n'ya pas si longtemps, qui ont grandi dans des contrées lointaines et qui furent ensuite emprisonnés et ramenés en terre d'Islam, comme ces polythéistes qui ne connaissent pas la langue arabe et qui avaient achetés par des princes turcs et qui n'avaient ni science ni une compréhénsion juste. Quand on leur inculquait les deux professions de foi - as shahadatayn - (Il n'est de dieu si ce n'est ALLAH et Mouhammed est l'Envoyé d'ALLAH), ils peinaient pour les prononcer. Si, après quelques jours, ils parvenaient à comprendre suffisamment la langue arabe pour pouvoir comprendre le sens des deux professions de foi, cela était déjà un grand succès. Il fallait ensuite leur inculquer que la prière était obligatoire et la manière de l'accomplir. S'ils avaient l'opportunité de rencontrer un enseignant qui détenait un peu de science pourleur apprendre à réciter la sourate de l'Ouverture "El-Fatiha", tant mieux. Si, par contre, leur enseignant avait le même niveau de connaissances qu'eux, comment ces pauvres gens pourraient-ils connaître les péchés capitaux pour pouvoir les éviter et les devoirs d'obligations fondamentales pour pouvoir les accomplir ? Le plus heureux d'entre eux était celui qui trouvait quelqu'un qui lui apprenait les péchés capitaux tout en l'incitant à s'en acquitter, ce qui était rare. Le croyant ne peut que louer ALLAH d'avoir préservé sa foi de l'ignorance et de l'égarement.

Quelqu'un peut objecter : "Ils avaient fait preuve de négligence, puisqu'ils n'avaient pas cherché ce que la religion leur imposait". À celui-là nous répondons que cela n'avait même pas frôlé leur esprit et qu'ils ne savaient pas qu'il était de leur devoir d'interroger les savants. C'est ainsi que celui qu'ALLAH n'a pas pourvu de lumière ne la trouvera nulle part. Le pécheur n'est considéré en tant que tel qu'après avoir été averti du caractère blâmable de ce qu'il a fait et qu'après lui avoir fourni l'argument qui enlève toute escuse qui justifie son égarement - qiyam el-huja. Sachez qu'ALLAH est Doux et Compatissant à l'égard de Ses serviteurs.

IL (Qu'IL soit exalté) dit :

«Et Nous n’avons jamais puni [un peuple] avant de [lui] avoir envoyé un Messager.»
[Sourate 17, Verset 15]

D'ailleurs d'éminent Compagnons (Radia ALLAH 3anhoum) vivaient en Abyssinie et ils n'apprenaient les nouveaux ordres et les nouveaux interdits de la religion que plusieurs mois après leur révélation faite au Prophète . Il est évident que durant ces mois, ils sont excusés à cause de leur ignorance et cela et, a fortiori, valable pour toute personne qui n'a pas connaissance d'une sentence religieuse jusqu'à ce qu'on lui fasse parvenir le texte de révélation où elle se trouve énoncée.



Le sheikh El-3Outhaymine (RahimahouLAHI) a dit :

(INCHA ALLAH voir son livre «L'explication du recueil "Riyad Es-Salihin". Chapitre 362 : L'interdiction absolue de pratiquer la sorcellerie.»)

La sorcellerie consiste en des noeuds, des formules et des souffles par l'intermédiaire desquels le sorcier parvient à nuire à sa victime. Il ya des sortilèges qui entraînent la maladie de l'ensorcelé, sa folie, voire sa mort. Il ya ce qu'on appelle le philtre d'amour (3aqd) qui rend l'ensorcelé passionnément amoureux d'une personne et il ya le sort de la séparation (sarf) qui détourne l'ensorcelé d'une personne déterminée. Le sort est de différentes sortes qui sont toutes interdites par la religion. Le Prophète désavoue aussi bien celui qui jette le sort que celui qui a recours à ses offices.

Parmi ces pratiques occultes, il ya celles qui conduisent à la mécréance. Si le sorcier recourt à des esprits démoniaques pour préparer un sort, il leur fait des offrandes et leur rend culte pour qu'ils lui obéissent, alors il commet un acte de mécréance majeure. S'il ne va pas jusqu'à ce point, sa pratique n'en demeure pas moins un péché capital et un acte néfaste.

Il incombe au détenteur de l'autorité de mettre à mort le sorcier sans lui demander de faire un acte de contrition, c'est-à-dire qu'il le tue même s'il se repent. Qu'il se repente ou qu'il ne se repente pas, c'est à ALLAH qu'il revient de juger cette affaire. Quant au détenteur du pouvoir, son devoir est de mettre à mort le sorcier pour mettre fin à ses méfaits et aux dégâts qu'il cause.

Si l'homme pratique des actes de sorcellerie blasphématoires (moukaffir) et meurt sans s'en repentir, il fera partie des gens de l'Enfer, car la sorcellerie entraîne beaucoup de dégâts sur terre et constitue un mal pernicieux qui frappe inopinément l'homme, mais on peut s'en prémunir par la récitation des formules canoniques du dhikr qui doivent être faites de manière régulière - awrad shar3iya - comme le verset «el-kursi», la sourate de la consécration (el ikhlas sourate n°112), la sourate el falaq (n°113), la sourate en-nass (n°114), ainsi que d'autres invocations qui se trouvent dans les hadiths du Prophète .

ALLAH SOUBHANOU WA TA3ALA dit : «Il se sont conformés àce qui suivaient (tatlou) les démons dans le royaume de Soulaymane [...]»
[Sourate 2, Verset 102]

Le verbe "tatlou" signifie ici "suivre". Les démons enseignaient aux gens la sorcellerie comme a dit ALLAH 3AZAWADJEL dans la suite de ce verset «et ce n'est pas Soulaymane qui est tombé dans la mécréance mais bien les démons : Ils enseignaient aux hommes la sorcellerie». En effet Soulaymane (la Paix sur lui) n'a pas mécru et il n'a pas laissé de textes dans lesquels est consignée de la magie mais il (la Paix sur lui) a légué la science prophétique. Il était certes un des nobles prophètes.

Dans la parole d'ALLAH SOUBHANOU WA TA3ALA : «mais c'est les démons qui ont mécru : Ils enseignaient aux hommes la sorcellerie», il y a la preuve que le fait d'apprendre la sorcellerie des démons est une mécréance. C'est pourquoi nous avons dit plus haut que celui qui a recours aux démons dans la préparation du sortilège commet un acte de mécréance.

ALLAH SOUBHANOU WA TA3ALA a dit : «mais c'est les démons qui ont mécru : Ils enseignaient aux hommes la sorcellerie ainsi que ce qui avait été descendu à Babylone sur les deux anges Harout et Marout». Il s'agit de deux anges qu'ALLAH 3AZAWADJEL a envoyé sur terre, à Babylone, à cause de l'abondance des sorciers dans cette région et ce, afin qu'ils enseignent la sorcellerie aux gens, mais avant de le faire, ils leur portent conseil, comme a dit ALLAH SOUBHANOU WA TA3ALA : «Or ces deux anges n'enseignaient rien à quelqu'un sans lui dire au préalable : "Nous ne sommes que tentation. Ne mécroit pas»

Quelqu'un peut se poser la question suivante : "Pourquoi ALLAH SOUBHANOU WA TA3ALA envoie-t-il ces deux anges aux gens pour lui enseigner la sorcellerie alors que nous savons que les anges sont des êtres nobles et honorés par LUI ?" La réponse est qu'ALLAH 3AZAWADJEL les a envoyés pour mettre les gens à l'épreuve. C'est pourquoi lorsqu'ils apprennent aux gens la sorcellerie, ils leur disent : «Nous ne sommes que tentation. Ne mécroit pas». ALLAH 3AZAWADJEL a éprouvé les gens par cette tentation et ils se mettaient à apprendre des deux anges le 3aqd, à savoir le philtre d'amour, et le sarf, à savoir le sort de séparation comme ALLAH LE TOUT-PUISSANT le dit dans la suite du verset : «Les gens apprenaient ainsi de ces deux anges ce qui leur permettait de séparer le mari de son épouse». Ainsi le sorcier jette son sort sur un couple heureux et en parfaite entente et le brise, si bien que lorsque le mari s'approche de son épouse, elle pleure et elle le fuit et lorsqu'il s'éloigne d'elle, elle pleure de le voir loin d'elle. Le sorcier la fait souffrir dans les deux situation : Quand son mari est avec elle et quand il se sépare d'elle.

Il en va de même pour l'homme victime de ce sort, tu le vois très pressé de voir son épouse. Dès qu'il la voit, il se sent mal à l'aise, sa poitrine se resserre et si le sort est puissant, il peut mener au stade où il espère la mort.

ALLAH SOUBHANOU WA TA3ALA a ensuite dit : «et ils ne pouvaient nuire à personne avec cela sans LA PERMISSION D'ALLAH». GLOIRE À LA TRANSCENDANCE D'ALLAH LE SUBLIME PAR EXCELLENCE ! QUI détient le pouvoir suprême sur les cieux et la terre ? N'est-ce-pas ALLAH LE TOUT PUISSANT ET LE MAJESTUEUX PAR EXCELLENCE ? Si ces sorciers et ces démons se réunissent pour préparer un maléfice dans le but de nuire à quelqu'un, ils ne pourraient le faire que par LA PERMISSION D'ALLAH SOUBHANOU WA TA3ALA.

Médite la structure de cette phrase (en arabe) «et ils ne pouvaient nuire à personne avec cela». Cette phrase est une phrase nominale. Or la phrase nominale introduit la stabilité et l'universalité. La négation "mâ" est intensifiée par la lettre "ba (bidarrin)", ce qui signifie qu'ils ne peuvent nuire à personne avec leur sorcellerie, sauf si ALLAH LE TRÈS HAUT le veut, IL empêche tout mal car IL est LE MAÎTRE des cieux et de la terre. C'est LUI qui a crée les causes et c'est LUI qui est capable d'empêcher celles-ci (les causes) d'aboutir à leurs conséquences. IL est CAPABLE de toute chose (EL QADIR).

Sa parole : «Ils apprenaient donc ce qui leur nuisait et ne leur était d'aucun profit» signifie que ce qu'ils apprenaient ne comportait que du mal qui allait affecter leur religion et leur vie mondaine, car le Jour de la résurrection, ALLAH 3AZAWADJEL rendra justice aux victimes de ces sorciers et elles recevront leur dû prélevé sur les oeuvres pies de ceux-ci en fonction du préjudice qu'elles avaient subi. «Et ils savaient pourtant que celui aui achetait ce savoir n'aurait aucune part dans l'Autre Demeure». ALLAH LE SAGE PAR EXCELLENCE a renforcé l'idée exprimée par cette pharse par trois intentifs : Le serment "qasam" (exprimée par la lettre "wa", la lettre "lam" et la particule "qad"), c'est-à-dire que ceux qui apprenaient la sorcellerie savaient très bien que celui qui le faisait n'aurait aucune part dans la Demeure Ultime. Mais de qui avaient-ils appris cette vérité ? C'est que les anges les avaient avertis auparavant : «Nous ne sommes que tentation. Ne mécroit pas» Ils le savaient clairement mais ils avaient choisi de s'y adonner. C'est pourquoi ALLAH LE TRÈS JUSTE PAR EXCELLENCE a employé le terme "achat" («Et ils savaient pourtant que celui aui achetait ce savoir [...]») car on n'ose acheter une chose que lorsqu'on la désire et la convoite.

«(il) n'aurait aucune part dans l'Autre Demeure». Le seul homme qui n'a absolument aucune part dans l'Autre Demeure est le mécréant. Le croyant a une part dans la Demeure Ultime (el akhira), soit il entrera au Paradis sans reddition de compte, soit il n'y entrera qu'après s'être purifié par châtiment des péchés qu'il a commis.

ALLAH LE TOUT-PUISSANT a conclu ce verset par Sa parole : «À quel détestable prix ont-ils vendu leurs âmes, si seulement ils savaient». Cela veut dire que s'ils étaient de ceux qui détiennent la science, ils se rendraient compte que c'est un mal absolu.

La sorcellerie est en effet un péché capital qui peut conduire à la mécréance. Nous implorons ALLAH LE PROTECTEUR PAR EXCELLENCE de protéger les musulmans contre les méfaits de ces sorciers, de retourner leur machination contre eux et de nous aider à apprendre les formules du dhikr quotidien qui nous protègent contre nos ennemis parmi les démons et les hommes.


ALLAHOU A3LEM


La sorcellerie en Islam
La sorcellerie en Islam
   2013-07-14 • 1620 vues •  Sous-titrage : français
Pour devenir musulman dire : Ach'hadou an la ilaha il ALLAH, Mohamed...
abdul Mohsen Al-Ahmed : Le repentir d'un sorcier
abdul Mohsen Al-Ahmed : Le repentir d'un sorcier
   2013-07-08 • 761 vues •  Sous-titrage : français
Pour devenir musulman dire : Ach'hadou an la ilaha il ALLAH, Mohamed...
3 - Mercy Halal Islamic Slaughter : Le sacrifice de l'animal
3 - Mercy Halal Islamic Slaughter : Le sacrifice de l'animal
   2013-07-08 • 460 vues •  Sous-titrage : français
Pour devenir musulman dire : Ach'hadou an la ilaha il ALLAH, Mohamed...

Grands Péchés Islam